Alessandro Marchesini

(Vérone 30 avril 1664 - 27 janvier 1738)  

Fils de Francesco, graveur sur marbre et architecte, et d’Elisabetta Bottacin, il est né à Vérone  dans le quartier de San Michele alla Porta et fut baptisé le 6 mai dans l’église des Saints-Apôtres sous le nom d’Alessandro Jacopo . Dirigé vers la peinture par son frère Marco, il devient très jeune, élève de Biagio Falcieriet Felice Cignani. Il est envoyé à Bologne à l’âge de 17 ans pour continuer ses études sous la direction de Carlo Cignani.

Sa première commande en 1687 est destinée à l’église San Domenico à Vérone, endommagée par un incendie ; Marchesini est chargé de réaliser la fresque du plafond avec des scènes représentant saint Dominique et sainte Catherine de Sienne. C’est ici que s’affirme son style à la fois vénitien et bolonais, qui prendra ensuite le nom de corrente bolognesizzante.

Au cours des dernières années du XVIIe siècle, Marchesini reçoit de nombreuses commandes, tant pour des églises que pour des hôtels particuliers, et c’est précisément dans ces années-là qu’il s’installe avec sa famille à Venise, après des critiques négatives concernant sa  Galatée, ayant été considéré comme un peintre de femmes. À Venise, il entre en contact avec une clientèle composite, et la rencontre survenue en 1705 avec l’important collectionneur d’art Stefano Conti le conduit à changer la destination de son travail. Il commence à peindre de très nombreuses œuvres destinées au marché étranger, en particulier allemand, et des œuvres de petit format représentant des sujets mythologiques.

Une correspondance intense entre Marchesini et Conti est documentée et il semble qu’en 1707,  la galerie de Conti comptait au moins onze toiles de Marchesini ; ces contacts ont ensuite été perdus, puis ont repris dans les années suivantes. Il reste de cette correspondance une lettre que Marchesini a adressée au collectionneur pour lui recommander deux jeunes peintres, Giovanni Antonio Canal, au sujet duquel il dit :  Antonio Canal stupéfie de manière générale tous ceux qui admirent ses œuvres, car on voit y luire le soleil », dans une lettre datant de juillet 1725, et Marco Ricci. Au début du XVIIIe siècle, Marchesini enseigne l’art au jeune Carlo Salis de Vérone. En 1737, il retourne à Vérone pour habiter la maison qui avait été la demeure du peintre Odoardo Perini. 

L’œuvre exposée, qui représente une scène biblique, a des points communs avec les deux œuvres de Marchesini conservées dans la collection Molinari Pradelli.

Exposition permanente