Orneore Metelli

Orneore Metelli est né à Terni dans une famille bourgeoise. Comme son père, il passe la majeure partie de sa vie à fabriquer des chaussures et à ce titre, il obtient diverses distinctions tant au niveau local que national. À cette époque, la fabrique de chaussures Metelli est une référence pour la fabrication artisanale de chaussures de très bonne facture. Sa clientèle est composée de nobles, de hauts bourgeois, d'officiers et de prélats qui voient Orneore comme un interlocuteur fiable pour des chaussures créées avec une maîtrise sans faille.

Parallèlement à cette activité, Metelli se consacre à la musique et s'engage en tant que premier baryton, dans la fanfare de la ville et, en tant que premier trombone, dans l'orchestre du théâtre Verdi. En raison des problèmes cardiaques liés à l'âge, il lui est ensuite interdit de boire du vin et de se fatiguer en jouant de la trompette. Ce renoncement lui coûte beaucoup, mais il décide d'exprimer sa créativité dans la peinture, qu’il a déjà commencé à pratiquer en amateur pendant ses loisirs depuis 1922. De toute évidence, il considère ses créations comme des œuvres non dignes d'intérêt et les garde plus ou moins cachées.

En 1936, il rencontre le jeune sculpteur ternan Aurelio De Felice qui est frappé par l’inventivité que le cordonnier met dans ses créations et promet de faire sa célébrité Au cours des années suivantes, l’amitié et l’estime des deux hommes se sont consolidées et, lors de chaque entrevue, Metelli offre à ses concitoyens ses peintures rappelant non sans ironie sa promesse. Metelli est décédé à Terni le 26 novembre 1938.

Tout au long de sa vie, il n’a aucune relation avec des critiques, des galeristes ou des experts en art, mais son compatriote De Felice, fidèle à la promesse faite en 1936, commence à montrer les œuvres de Metelli pour observer la réaction du public.

Le premier essai officieux a lieu en 1942, lors de la rétrospective organisée par Ugo Castellani et Aurelio De Felice à Terni, au palais Carrara. Le suivant en 1945, à la Galleria del Secolo de la Via Veneto à Rome, rencontre un grand succès, quoique limité. Une exposition de l'année suivante, encore une fois à Rome, bien que peu appréciée du public, attire l'attention inattendue de la presse grâce à un concours de la meilleure critique, remporté par le poète Libero de Libero.

Ce concours entraîne une profusion d'articles et le nom de Metelli dépasse les frontières nationales pour la première fois. En 1947, la Kunsthalle de Berne, suivie par d’autres villes suisses, demandent de réaliser une exposition posthume des œuvres de Metelli.

Les expositions suisses sont un vrai succès auprès du public et de la critique, et la presse spécialisée italienne inscrit son nom parmi les grands de l'art.

À son propos, le journaliste Zavattini, écrit ceci dans « Il Minuto » (quotidien romain) le 16 juin 1946 :

« Metelli sublime toujours la chose, la personne, l'événement, sa propre signature, avec le style de la mémoire, en étant celui qui non seulement voit, mais se souvient et, encore plus précis, voit pour se souvenir ».

Son style est basé sur une vision du monde dans laquelle la réalité apparaît comme une scène de théâtre. Metelli lui-même affirme :

« ... il me semblait que toute la ville était une scène merveilleuse et invisible, peinte, lumineuse et pleine de mille formes, de mille apparitions et actions de cette époque semblables à celles qui sont représentées dans les théâtres ».

Le spécialiste d'histoire locale Pompeo De Angelis, auteur d'une courte biographie publiée en 1997, le définit comme « progressiste, mais triste »,  un « peintre plein d'idées ».

Son nom a été donné à l'institut national d'art deTerni et à la pinacothèque municipale de la ville.

« La révolte contre les agents fiscaux »

Le sujet représentéCollection privée Zurich - Huile sur carton, 54x77 cm

L’artiste Orneore Metelli s’inspire souvent de l’Histoire, sans toutefois se soucier, si les faits décrits ont une correspondance de vérité ou ne sont pas plutôt des fragments d’une chronique lointaine élevée par la vanité à des événements de portée universelle

Nomen atque omen déclare Plaute dans la comédie Le Persan, avec la volonté d'affirmer qu'un nom propre – loin d'être un simple « flatus vocis »- prend parfois une valeur de présage. Un exemple frappant est celui de Liberotto Liberotti, le forgeron de Ternan, protagoniste de « La révolte contre les agents des impôts ». Déjà au pouvoir, sous le nom qui lui avait été imposé, Liberotto était un « libertaire » ou plutôt un libertaire au carré, si l'on considère que sa famille portait le nom de famille Liberotti.

L’occasion de mettre en pratique ce qu’il possédait en puissance, il s’est présenté à notre forgeron à la suite de la dévastation d’Interamna (l'ancien nom de Terni), opérée par les hordes de Cristiano di Magonza, chancelier de Frederick I le Barberousse. La ville, prostrée, est rapidement devenue un territoire de conquête des « frères-serpents » des villes voisines, Spolète et Narni, qui ont oublié une histoire commune, ont commencé à envoyer leurs collecteurs d’impôts aux habitants de Terni avec ponctualité. C'était en 1174. Un jour, sur la place en face de l'église de San Tommaso, aux autorités fiscales qui demandaient à être payées, Liberotto répondit en râlant, en donnant des coups de bâton sur la tête des malheureux. Les habitants de Terni se dépêchèrent de prendre les armes. Metelli, dans sa peinture, rappelle notre "héros" au moment brillant de son triomphe. Debout sur un tonneau avec l'expression de colère de Jupiter lançant des éclairs du haut de l'Olympe, il harangue la foule armée de pelles et de fourches, accompagnant ses mots du mouvement éloquent d'un marteau et d'une feuille d'injonction de paiement des prélèvements arrachés des mains des percepteurs d'impôts. Un prêtre se tient sur le seuil de l'église, la terre cuite blanche, rappelée par les cris de la place, alors qu'il accomplissait un rituel ou un sentiment de pitié envers les fonctionnaires des impôts, étendus sans vie au pied des tonneaux. L'espace auquel Metelli livre ses personnages est structuré en différentes sections, encombrées au premier étage, avec une nuée d'hommes et de femmes regroupés pour dessiner un énorme triangle dont le sommet est dominé par la figure de Liberotto Liberotti.
Sur le fond, au-delà d'un espace vide qui donne « de l'immensité » à la peinture, s'élève l'église de San Tommaso, avec la croix solennelle et deux clochers éloignés, d'époques différentes. La place est « contenue » sur les côtés par les silhouettes d'anciens bâtiments, dont les fenêtres sont occupées par des femmes qui hurlent leur propre horreur.