Titti Garelli

L’artiste, qui parvient à renouer avec les atmosphères gothiques des primitifs italiens et à reproposer ces anciens dialogues culturels avec la splendeur et le faste des cours européennes, s’appelle Titti Garelli. Née à Turin, elle a vécu à la « cour » de Sergio Saroni sachant en connaissance de cause comment rechercher la perfection et le rendu de détails évocateurs. Diplômée en scénographie à l’Accademia Albertina, elle est fascinée par les nouveaux messagers des désirs inconscients et des aspirations égalitaires de la société moderne : illustration publicitaire, antichambre et stimulus de l’imaginaire collectif, ainsi que témoignage vivant et fondamental d’une civilisation en évolution. Après avoir rencontré des maîtres tels que Leonetto Cappiello, Fortunato Depero et Marcello Dudovich, elle est rapidement tombée sous le charme des images victoriennes de l’âge d’or de l’illustration, surtout lorsqu’elle a rencontré Hilary Bradford, une anglaise, illustratrice et photographe. Ce sera une révélation fascinante, à tel point que dans les années quatre-vingt, de nombreuses marques industrielles renommées ne jurent que par elle. C’est ainsi qu’elle s’est lancée dans la publicité en réalisant des campagnes mémorables auprès des grandes agences internationales (« Mulino Bianco, Findus, Chicco, Invicta »). Spécialisée dans la représentation d’enfants et de scènes naturelles, elle décide de donner vie à une série d’œuvres indépendantes du client, exposées pour la première fois en 1986 à la galerie Nuages de Cristina Taverna, pionnière dans la valorisation de l’illustration. Ses œuvres en tant qu’artiste indépendant sont divisées en cycles, tels que les Vilaines petites filles présentées à New York en 2000 (Wiliamsbourg et Soho), Le tour du monde avec 80 fillettes, les Reines gothiques. Lassée d’entendre le mot « gothique » associé à des atmosphères troubles et inquiétantes, Titti Garelli souhaitait retrouver le sens premier du terme. Par gothique international, il fallait entendre une peinture raffinée, appréciée dans les principaux centres de la culture européenne et qui en Italie, était représentée par Gentile da Fabriano et Carlo Crivelli.

Plus récemment, Titti Garelli a participé à une grande exposition collective « Praline d’Arte » de Sergio Mandelli à Milan dans la maison-musée Spazio Tadini, réunissant 50 artistes de renom et du marché tels que Emilio Tadini, Emilio Isgrò, Tommaso Cascella et Omar Ronda. Le résultat est une production d’art contemporain immédiat, qui a emprunté la voie d’Internet, capable de toucher, en faisant une synthèse efficace et immédiate, un public international.

Exposition 08/03/2019 -08/09/2019